«

»

oct
13

L’offensive contre le cancer du sein en Algérie doit être énergique et étendue

Le cancer du sein est en constante augmentation en Algérie.

Chaque année en Algérie, plus de 7000 nouveaux cas sont enregistrés,  et près de 4000 femmes en meurent. C’est à dire que chaque jour, plus de 20 femmes viennent gonfler les rangs des personnes atteintes par cette maladie et chaque jour, dix femmes au moins en décèdent.

Dans le monde, on enregistre plus de 1 million de nouveaux cas chaque année et près de 500.000 décès. C’est dire à quel point, il devient presque miraculeux d’échapper à  cette maladie.

Les femmes qui se sentent menacées par cette maladie consultent le plus souvent pour une « grosseur » dans le sein. La fameuse éboule » qui inquiète et qui pousse à demander un examen.Plus rarement, c’est un écoulement mamelonnaire qui inquiète ou encore un ganglion dans le creux de l’aisselle.

Dans ces cas, le traitement nécessite en général d’avoir recours à la chirurgie (parfois ablation du sein appelée mastectomie) associée à la chimiothérapie, la radiothérapie et parfis, l’hormonothérapie, les thérapies ciblées, etc. Le coût global du traitement dépasse le demi milliard de centimes par malade.

Or, actuellement, il est indiscutablement prouvé qu’un cancer diagnostiqué au stade de « boule » n’a pas toutes les chances de guérir. Toutes les études scientifiques menées sur le cancer du sein s’accordent sur un point: La guérison est d’autant plus facile à obtenir que le cancer est diagnostiqué tôt. En d’autres termes, la meilleure façon de guérir d’un cancer du sein, c’est de le combattre avant même qu’il ne s’exprime. Le dépistage est donc le moyen le plus sur de venir à bout de cette maladie. Les cancers du sein diagnostiqués lorsque la tumeur fait quelques millimètres guérissent dans près de 100% des cas. Le traitement de ces formes de cancers se limite le plus souvent à la chirurgie et associe parfois la radiothérapie. Le coût chute alors à 20 ou 30 millions de centimes par malade. Le bénéfice est évident d’autant que la guérison est la règle.

Le ministère du travail a mis au point un dispositif de dépistage des cancers du sein qui comprend cinq centres (Alger, Constantine, Maghnia, Jijel, Laghouat) et qui cible dans un premier temps les femmes, assurées sociales, de plus de 40 ans. L’opération a été lancée par le ministre du travail  et des femmes ont déjà reçu leurs invitations pour les premières mammographies. L’initiative est fort louable mais gagnerait à être reproduite par d’autres institutions afin que les femmes non assurées sociales et les femmes les plus âgées puissent aussi être systématiquement invitées à procéder à une mammographie de façon régulière et planifiée.

Le cancer du sein est l’un des principaux axes de travail de l’Observatoire Algérien de la Femme qui a tenu, tout au long de l’année, des journées de sensibilisation et d’information sur le cancer du sein. Une brochure éditée par l’OAF en arabe et en français sera distribuée au femmes.

Les recommandations de l’OAF:

- Les femmes doivent s’informer sur les facteurs de risque de cancer du sein et en parler avec leurs médecins et sage-femmes.

- Ne pas hésiter à se faire examiner les seins par les professionnels de la santé

- Ne pas avoir peur de faire les mammographies de dépistage au delà de 45 ans

- Accepter l’idée que le cancer du sein peut toucher tout le monde, y compris soi-même.

- Même si la mammographie a un coût relativement élevé, les frais méritent d’être faits tous les deux ans environ. Il suffit d’économiser dix dinars par jour…

Le cancer du sien fait encore trop de ravage dans le monde et en Algérie.

Cette maladie n’est pas une fatalité, encore moins une punition. Il existe des moyens très efficaces de s’en protéger. Il est temps de les utiliser

Le dépistage doit devenir un acte banal et régulier

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>